Eastern News Archive

2020

Photos of past events
Maple Tasting Event 2020
Maple Tasting Event 2020
press to zoom
Thanking the Seminar Host
Thanking the Seminar Host
press to zoom
Maple Tasting Event 2020
Maple Tasting Event 2020
press to zoom
Eastern Russell Science Fair
Eastern Russell Science Fair
press to zoom
Eastern Riceville Woodfair
Eastern Riceville Woodfair
press to zoom
Eastern Riceville Woodfair
Eastern Riceville Woodfair
press to zoom
Eastern Riceville Woodfair
Eastern Riceville Woodfair
press to zoom
CHEO Picnic
CHEO Picnic
press to zoom
CHEO Picnic
CHEO Picnic
press to zoom

Archived News

Our Previous (2020) Spotlight on Producer Articles:

Garland Sugar Shack

(Featured Spotlight Producer July-September 2020)
 

Located in the Vars-Limoges area, the Garland sugar shack has been a family affair over generations. The current owners Yvan and Jocelyne Garland, with the help of their three children and friends, have been in operations for many years. Recently they have built a magnificent brand new sugar house.

 

Get to know the Garland family and their passion for all maple/sugar products. You can always come visit the Garland's at the Garland Sugar Shack in Vars, at the Orleans Farmers' Market on Thursdays, the Kanata Farmers' Market and/or the Westboro Farmers' Market on Saturdays, and the Ottawa Farmers' Market or Barrhaven Farmers' Market on Sundays. 

 

The Garland's maple syrup production, consisting of over 5,000 taps and expanding, all started like most producers with a few hundred taps with buckets and boiling on a box stove. The family operation now consists of a 4'x16' wood-fired evaporator with sap collected from 4 different bushes of a mix of soft and hard maples with the help of a pipeline and vacuum pump. 

 

As a compliment to the production of maple syrup, they've added transformation of their liquid gold to make these lip-smacking products: maple butter, maple candies, maple jelly, maple sugar, maple tarts, maple cones, maple popcorn and maple cotton candy. The newest addition to the family of maple sweetness is maple wine!

 

**********************

The McM Family Farm

(Featured Spotlight Producer September - December 2020)

13770 Grace Road, Chesterville, Ontario

This Spotlight on Producer Edition focuses on The McM Family Farm located at 13770 Grace Road in Chesterville, Ontario and proudly owned and operated by Richard McMillan and family. 

Maple syrup was first produced on Richard’s property at RR#1 Chesterville by James McMillan around 1900. Production continued by his son, John, as well as his grandsons Glenn, Grant and Earle until the late 1940’s. At that time, with the end of sugar rationing, John and the family found that it was no longer financially viable to continue.

 

It was later in the mid 1970’s Earle started making syrup as a hobby on the McMillan property but in a different bush. After Earle passed in 1986, Richard took over and continued to produce.

 

Numerous upgrades have been made over the years. The McM Family Farm now collects sap using a tubing system, vacuum and pumps.  They concentrate the sap using reverse osmosis and boil the concentrate on a fan forced, wood fired evaporator.  Nearly all of their syrup is sold and enjoyed locally.

The family involvement is continuing as Richard’s son William (Bill) and his grandsons Jacob and Tristan are involved in this favourite family springtime tradition.

You have to check out their Facebook page at:  https://www.facebook.com/MCM-Family-Farm-353136608482901/., where you will find everything from awesome maple recipes and pictures of the sugar bush throughout the season.  Richard has overseen production at the sugar bush and camp over the course of the last 40 years!  Their operation is located nearly 1 km from his house and the road, but rest assured, they do have an access via an all weather laneway.  The operation is managed by Richard and his son, but many other extended members of the family including his sister and a few of the cousins always come out to lend a hand during the busy maple season, as is the true tradition of the Ontario family maple sugar bush experience.  Together they manage approximately 1800 taps, all on vacuum.

 

The maple bush on The McM Family Farm consists of a good mix – 60% soft maple and 40% sugar maple which provides that beautiful and splendid flavour to their product.  Richard prefers to sell all his production as pure maple syrup, no product transformation here, as he prefers to sell that magnificent syrup in all its original splendor!  Although there are not any planned and advertised official public activities given the location of both the sugar bush and the sugar house, Richard and his crew welcome any customers wanting to stop by and visit during syrup season and, of course, they never leave without at least one bottle of this pure Sweet Ontario Maple Syrup.  And, in Keeping it Sweet! – The McM Family Farm now has started keeping honeybees and now sell a limited amount of honey, along with their Pure Ontario Maple syrup.

OMSPA is proud to include The McM Family Farm as one of its members, hats off to Richard and his crew, and keep up the great work!!


La ferme familiale McM

 

13770, chemin Grace, Chesterville, Ontario

 

Cette édition Pleins feux sur les producteurs se concentre sur la ferme familiale McM située au 13770 Grace Road à Chesterville, en Ontario et fièrement détenue et exploitée par Richard McMillan et sa famille. Le sirop d’érable a été produit pour la première fois sur la propriété de Richard au RR # 1 Chesterville par James McMillan vers 1900. Son fils, John a continué cette pratique, ainsi que ses petits-fils Glenn, Grant et Earle jusqu’à la fin des années 40. À ce moment-là, avec la fin du rationnement du sucre, John et la famille ont constaté qu'il n'était plus viable financièrement de continuer.

 

C’est plus tard au milieu des années 1970 qu’Earle a commencé à produire du sirop comme passe-temps sur la propriété McMillan, mais dans un autre boisé. Après le décès d'Earle en 1986, Richard a pris le relais et a continué la production de sirop.

 

De nombreuses améliorations ont été apportées au fil des années. La ferme familiale McM collecte maintenant la sève à l'aide d'un système de tuyauterie, d'un système à vide et de pompes. Ils concentrent la sève par osmose inversé et font bouillir le concentré sur un évaporateur à bois à air forcé. Presque tout leur sirop est vendu et apprécié localement.

 

La relève de la famille se poursuit alors que le fils de Richard, William (Bill) et ses petits-fils Jacob et Tristan sont impliqués dans leurs tradition printanière familiale préférée.

 

Vous devez consulter leur page Facebook à: https://www.facebook.com/MCM-Family-Farm-353136608482901/.,  Où vous trouverez de tout, des recettes à l'érable impressionnantes et des photos de l'érablière durant la saison des sucres. Richard a œuvré à l`opération de l'érablière au cours des 40 dernières années! Leur exploitation est située à environ 1 km de sa maison et de la route, mais rassurez-vous, ils ont un accès par une petite route des champs toutes saisons. L'opération est gérée par Richard et son fils, mais de nombreux autres membres de la famille, dont sa sœur et quelques-uns des cousins, viennent toujours prêter main-forte pendant la saison acéricole bien remplie, comme le veut la vraie tradition de la famille acéricole de l'Ontario. Ensemble, ils gèrent environ 1800 entailles, le tout sous un système à vide.

L'érablière de la ferme familiale McM se compose d'un bon mélange - 60% d'érable rouge et 40% d'érable à sucre qui donne cette belle et splendide saveur à leur produit. Richard préfère vendre toute sa production sous forme de sirop d'érable pur, pas de transformation de produit ici, car il préfère vendre ce magnifique sirop dans toute sa splendeur d'origine! Bien qu'il n'y ait aucune activité publique officielle prévue et annoncée,  étant donné l'emplacement de l'érablière et de la cabane à sucre, Richard et son équipe accueillent tous les clients souhaitant s'arrêter et visiter pendant la saison du sirop et, bien sûr, ils ne partent jamais sans une bouteille de ce sirop d'érable pur sucré de l'Ontario.  En parlant de sucré! - La ferme familiale McM a maintenant commencé à garder des abeilles et vend maintenant une quantité limitée de miel, ainsi que son sirop d'érable Pure de l`Ontario.

L'AAO est fière d'inclure La ferme familiale McM comme l'un de ses membres, chapeau à Richard et son équipe, et continuez votre excellent travail!!

11-Garland Sugar Shack Sign.JPG
20191011_140620.jpg

The MCM Family Farm Sugar House

Fall 2019

20180217_102506.jpg

Richard and his grandson, Tristan working together during maple season

maple.sugar.jpg

Grandfather, John, taken in the mid 1940's

Our previous Spotlight on Producer Articles 2020

bouteille et érabliere .JPG

Fernand Séguin et Pascale Cloutier

Featured Spotlight Producer January to April 2021

This quarter’s Spotlight on Producer shines the light on a very ‘sweet’ couple keeping the Franco- Ontarian tradition of la saison des sucres alive and well right here in Eastern Ontario.  We are proud to have Fernand Séguin and Pascale Cloutier as members of the Eastern Ontario Maples Syrup Association.  Jules and I recently had the pleasure of having a ‘virtual’ visit with Fern and Pascale and they were kind enough to share with us and you – our readers, a little insight into their operation.   We are happy to share this conversation with you as it took place in both official languages

Bonjour Fernand Séguin et Pascale, comment allez-vous? – Please share with us:

 

How long have you been in operation?

Notre première saison des sucres était au printemps 2011.  On ne connaissait rien à la production de sirop d’érable lorsque nous avons acheté la propriété d’Yvon Chénier.  La cabane à sucre et tout l’équipement étaient là alors on s’est lancé.  Yvon et sa belle-sœur nous ont transmis leur savoir de plus de 30 ans d’expérience.

Our first sugaring season was in the spring of 2011. We did not know anything about maple syrup production when we bought the property from Yvon Chénier. The sugar shack and all the equipment came with the property so we went for it. Yvon and his sister-in-law took the time to pass on their knowledge of over 30 years of experience to us.

Are you a family run operation? 

Le sirop d’érable, c’est principalement Fernand qui est le maître sucrier et qui coordonne les opérations.  La famille et les amis se joignent à nous chaque année pour aider durant la saison des sucres, c’est un rendez-vous qu’il ne manque pas.    

The maple syrup, it is mainly Fernand who takes care of boiling the sap and who coordinates the collection. Family and friends join us in making the syrup year after year, it's a rendezvous that they haven’t missed.

How many taps do you generally run?  And what do you focus on in the business.

On fait environ 1000 entailles par année depuis que nous avons commencé.  Pour l’instant, nous ne planifions pas augmenter le nombre d’entailles.  On se concentre à perfectionner le goût du sirop et à améliorer les installations.

We have been taping 1000 taps a year since we started. At the moment we have no plan to increase the number of taps. We focus on improving the taste of the maple syrup and the equipment.

Can you tell us a little bit about how you collect and process the syrup?

La production est très artisanale. La collecte se fait avec des chaudières.  Un véhicule tout terrain traine une remorque avec un réservoir et on fait le tour de l’érablière pour vider les chaudières.  Lorsque le réservoir est plein, on retourne à la cabane à sucre pour transférer la sève dans un autre réservoir qui se transvide par gravité dans l’évaporateur. Jusqu’à l’année dernière, le sirop était filtré avec un filtre de feutre et un de papier.  Le bois de chauffage est notre seule source de chaleur.

The production is very traditional. Collection is done with buckets. An all-terrain vehicle pulls a trailer with a tank, and we go around the maple grove to empty buckets. When the tank is full, we return to the sugar shack and transfer the sap to another tank which is emptied by gravity into the evaporator. Until last year the syrup was filtered through a felt and a paper filters. Firewood is our only source of heat.

 

What sort of maples do you tap?

Sur notre terre on retrouve principalement de l’érable à sucre qui pousse sur un sol rocailleux.

Our woodlot is primarily sugar maples which grows very well on a rocky terrain.

 

Do you do any maple product transformation? 

Une partie de notre production est transformée en beurre d’érable. Une chose que l’on aime bien faire et qui est appréciée de tous, ce sont des pacanes rôties au sirop d’érable et au poivre de Cayenne, une recette de Josée di Statio.  On a essayé plusieurs recettes de noix et de sirop d’érable, mais celle-là reste notre favorite. 

Part of our production is transformed into maple butter. One thing that we love to do and that is appreciated by all is roasted pecans coated with maple syrup and cayenne pepper, a recipe from Josée di Statio. We tried many other similar recipes but this is our favourite one.

                               

Do you have any annual activities for patrons and families? 

La saison des sucres est la réunion annuelle pour passer un bon moment avec la famille et les amis et  savourer le sirop d’érable.  Notre clientèle s’est développée au cours des années de bouche à oreille,  principalement la famille,  les amis, nos voisins et les collègues de travail.  Notre cabane à sucre n’est pas ouverte au public, mais nous sommes toujours heureux d’accueillir les gens attirés par la vapeur s’échappant de la cabane à sucre qui s’arrête pour savourer une tasse de réduit.

 

The sugar season is the annual gathering of family and friends to enjoy the freshly made maple syrup.  Our client base has grown over the years through word of mouth, primarily family, friends, neighbours and co-workers. Our sugar shack is not open to the public, but we are always happy to welcome people drawn by the steam and to get a cup of reduced sap.

Thank you Fernand Séguin and Pascale Cloutier for taking the time to share information on your maple operation with us.  We, here at the Eastern Ontario division of the OMSPA are proud to support you and your organization and strive to help you and our members with the opportunity to better promote that wonderful Sweet Ontario Maple Syrup!

*******************

Featured Spotlight Producer April to June 2021

 

 

 

 

 

Cecil Cass – 75 Years of Sugaring and still going strong

 

Just ask Cecil Cass how many years he’s been boiling and he will be proud to tell you with that big grin of his:  “75 years and still going!”  Imagine, Cecil has been personally making maple syrup for over three quarters of a century.  Starting as a young boy he helped out his father after school and on the weekends during the Second World War years but maple has actually been made on the farm since the Cass family first immigrated to Canada back in 1798, a short 15 years after the end of the American Revolution.  The farm name, ‘Cassbrae’ was chosen for the property in 1958 after their own family name and is a Scottish term for “hillside along a river” – which is a perfect designation for this remarkable farm standing up hill on Cassburn Road and overlooking the Ottawa River.  The farm now spans seven generations and 1000 acres and celebrated its bicentennial in 1998.  Through many hardships, even the year of the devastating ice storm in Eastern Ontario & Quebec the Cassbrae farm continued to provide quality maple syrup. 

 

Not one to shy away from new maple technology Cecil was the first to embrace developments like oil fired evaporators and reverse osmosis to cut the amount of labour involved.  In both cases he was the first within the region to own and operate each new technology and has recently upgraded to a new high concentrate RO.  He fully admits that had the new high efficiency wood evaporators been invented years ago he would have skipped right over oil to wood fired gasification.  His first pipeline was installed about 20 years ago but was ravaged by squirrels the first few years well beyond the damage levels caused to today’s type of tubing.  The Ice storm of 1998 destroyed most of his tubing installation and severely damaged the maple forest but in those days lime was allowed to be spread by airplane and Cecil had already had his bush limed at the same time as his neighbouring agricultural fields.  After the ice storm his bush filled with new maple growth setting him ahead of the curve on regeneration.  Nowadays the farm is running about 3300 taps with 1200 of them still on buckets due to the nature of the bush most sales are farm gate with some bulk to local producers and a family member selling in the nearby City of Ottawa.  Cecil is helped by three other family members during the maple season along with a few local part time young people as needed. 

 

As one of the original members of the Eastern Ontario Maple Syrup Producers’ Association (one of eleven chapters within the Ontario Producers Association), Cecil has been president of the Local three times in the past five decades and is still an active member of the board of directors some 50+ years later in addition to continuing to serve on a half dozen other agriculturally based boards.  As Cecil says, “It’s a changing times in agriculture and I always like change.  There are many new technologies coming out in maple these days making things better, faster, or more cost effective”.  Toughest time was just after the war bottling in old wine bottles and 5 or 10 gallon cans after food rations had finally been lifted.  We used to seal the bottles with wax and seems no one got sick and the syrup kept alright”.  Cecil still has those food ration coupons from the mid-forties for sugar. For those don’t know many main food staples were rationed in Canada between 1942 and 1947 in an effort to support the troops and European civilians during, and for a time after, the Second World War and sugar was one of the first to be rationed due to its use in shells and bombs.  Even maple syrup was rationed at one point but most farms had their own stash down in the root cellar.  “In the early years it was hard times with a tremendous amount of snow to get through.  Often the horses had to be taken off the sleigh and walked through the snow just to make a trail to pull the sleigh because the snow was too deep.  Syrup prices were so low then too.  Those were hard times.”  Asked if he will ever retire he simply responds “All depends on our health.  You never know.  Things can change quick.  I always believed in working with people and working for people. That got me a long piece.  I am always quiet and would never scrap with them.  You got to give in a little bit.”  From war times, to ice storms, combatting nuisance squirrels and now a pandemic, Cecil has managed to endure it all and still keep grinning.

 

In 2013 Cecil and his family were honoured by the Ontario Maple Syrup Producers’ Association at their annual Sumer Tour by being presented the Ontario Maple Syrup Award.  The Eastern Local of the Ontario Maple Syrup Producers’ Association is proud to shine this quarters’ Spotlight on Producer  on Cecil and his family.  We tip our hats and thank him for this ongoing support and service to our group spanning over 50 years and we wish him many more years of sugaring to come!

Cecil Cass - 75 ans de sirop et toujours aussi fort.

 

Demandez simplement à Cecil Cass combien d’années qu’il fait bouillir et il sera fier de vous dire avec son grand sourire: `75 ans et ça continue!` Imaginez vous, Cecil produit lui même du sirop d'érable depuis plus de trois quarts d’un siècle. Dès son enfance, il a aidé son père après l'école et les fins de semaine pendant la Seconde Guerre mondiale, mais le sirop a été fabriqué à la ferme depuis que la famille Cass a immigré au Canada pour la première fois en 1798, 15 ans après la fin de la Révolution américaine. Le nom de la ferme, «Cassbrae» a été choisi pour la propriété en 1958 après leur propre nom de famille et est un terme écossais pour «flanc de coteau le long d'une rivière» - qui est une désignation parfaite pour cette ferme remarquable située sur une colline sur Cassburn Road qui surplombe la Rivière des Outaouais. La ferme de 1000 acres s'étend maintenant sur sept générations et a célébré son bicentenaire en 1998. Malgré de nombreuses épreuves, même l'année de la tempête de verglas dévastatrice dans l'Est de l'Ontario et du Québec, la ferme Cassbrae a continué à fournir du sirop d'érable de qualité.

 

Pas du genre à craindre les nouvelles technologie d’acériculture Cecil a été le premier à adopter des développements tels que les évaporateurs au mazout et l'osmose inverse pour réduire la quantité de travail nécessaire. Dans les deux cas, il a été le premier de la région à posséder et à exploiter chaque nouvelle technologie et a récemment améliorer vers un nouveau RO à haute concentration. Il admet pleinement que si les nouveaux évaporateurs à bois à haut rendement avaient été inventés il y a des années, il aurait sauté du mazout à la gazéification au bois. Sa premiere tubulures a été installé il y a environ 20 ans, mais a été ravagé par des écureuils les premières années bien au-delà des niveaux de dommages causés au type de tube actuel. La tempête de verglas de 1998 a détruit la majeure partie de son installation de tubes et gravement endommagé la forêt d'érables. Mais à cette époque, la chaux a été autorisée à répandre par avion et Cecil avait déjà fait chauler son buisson en même temps que ses champs agricoles voisins. Après la tempête de verglas, son buisson s'est rempli de nouvelles pousses d'érable, lui donnant une longueur d'avance sur la régénération. De nos jours, la ferme exploite environ 3300 entailles, dont 1200 sont toujours sur des seaux en raison de la nature de la brousse. La plupart des ventes se font à la ferme, avec un peu de vrac aux producteurs locaux et à un membre de la famille qui vend dans la ville voisine d'Ottawa. Cecil est aidé par trois autres membres de la famille pendant la saison de l'érable ainsi que par quelques jeunes de la région à temps partiel au besoin.

 

 

En tant que l'un des premiers membres de l'Association des producteurs de sirop d'érable de l'Est de l'Ontario (l'un des onze chapitres de l'Association des producteurs de l'Ontario), Cecil a été président de la section locale trois fois au cours des cinq dernières décennies et est toujours un membre actif du conseil d'administration plus de 50 ans plus tard, ceci en plus de continuer à siéger à une demi-douzaine d'autres conseils en agriculture. Comme le dit Cecil, ‘Les temps changent dans l’agriculture et j’aime toujours le changement. De nos jours, de nombreuses nouvelles technologies sortent de l'acériculture, ce qui rend les choses meilleures, plus rapides ou plus rentables ‘. La période la plus difficile a été juste après la guerre, la mise en bouteille dans de vieilles bouteilles de vin et des canettes de 5 ou 10 gallons après que les rations alimentaires aient finalement été levées. Nous avions l'habitude de sceller les bouteilles avec de la cire et il semble que personne ne soit tombé malade et que le sirop se conservait bien’. Cecil a toujours ces bons de rationnement alimentaire du milieu des années quarante pour le sucre. Pour ceux qui ne le savent pas, de nombreux aliments de base ont été rationnés au Canada entre 1942 et 1947 dans le but de soutenir les troupes et les civils européens durant la guerre et pendant un certain temps après la Seconde Guerre mondiale. Le sucre a été l'un des premiers à être rationné en raison de son utilisation dans la fabrication des obus et des bombes. Même le sirop d'érable était rationné à un moment donné, mais la plupart des fermes avaient leur propre réserve dans la cave froide. ‘Lors des premières années, c'était une période difficile avec une énorme quantité de neige à traverser. Souvent, les chevaux devaient être enlevés du traîneau et marcher dans la neige juste pour faire un sentier afin de faciliter de tirer le traîneau parce que la neige était trop profonde. Les prix du sirop étaient alors très bas. C'étaient des moments difficiles’. Lorsqu'on lui a demandé s'il prendrait sa retraite un jour, il nous as répond simplement: «Tout dépend de notre santé. On ne sait jamais. Les choses peuvent changer rapidement. J'ai toujours cru qu'il fallait travailler avec les gens et travailler pour les gens. Ceci a toujours été avantageux. Je suis toujours calme et je ne ferais jamais de mal a personnes. Vous devez céder un peu’. Des temps de guerre aux tempêtes de verglas, en combattant les écureuils nuisibles et maintenant une pandémie, Cecil a réussi à tout endurer et à continuer à sourire.

 

En 2013, Cecil et sa famille ont été honorés par l’association des acériculteurs de l’Ontario lors de leur tournée estival annuelle en recevant le prix Ontario Maple Syrup Award. La section locale de l’Est est fière de braquer les projecteurs de ce trimestre sur le producteur sur Cecil et sa famille. Nous lançons nos chapeaux et le remercions pour ce soutien et ce service continus à notre groupe depuis plus de 50 ans et nous lui souhaitons de nombreuses années sucrée à venir!

                                                                       *************************

Featured Spotlight Producer June  to August 2021

Gary Ivens

 

APPLE HILL — With the possible exception of the ponies at the Ford Motor Company, Gary Ivens had no prior connection to farm life — let alone maple-syrup making — when he married into the Munro family more than half a century ago.

 

But the woods at the ancestral Apple Hill homestead of his new bride, Jean, captured the attention of Gary, whose early business sense was stoked as a parts department manager at a car dealership. First tapped by the Munro clan around 1850, the 400-acre sugarbush had fallen out of production sometime in the 1940s.

 

It was a neighbour and friend of Gary’s, Barry Warwick — a regional forestry manager with the Ministry of Natural Resources — who first suggested reviving the operation. The two of them relocated the dilapidated sugar camp while walking through the property. Around that same time, in 1969, Gary attended his first meeting of the Ontario Maple Syrup Producers’ Association in Green Valley — then headed by Ken McDonald of South Stormont.

 

“I only wanted to see what it was all about,” recalls Gary of the early OMSPA session, though it wasn’t too long before he was drilling 1,000 spiles by hand, hanging buckets and getting the old camp back into shape.

 

‘We had an old evaporator there, and we wanted to try it out without spending a lot of money,” remembers the longtime OMSPA director (since 1971). “We washed and cleaned up everything the best we could, and we got one gallon of syrup an hour that first season. In our third year, we pretty well doubled the size of the camp and got up to 2,000 taps and we kept going from there.”

 

‘Maple Ridge Farm’ would go on to routinely make 10 gallons of syrup per hour from 4,000 taps after various improvements undertaken in the intervening decades. Gary counts three evaporators and three complete tubing replacements among the upgrades achieved through the years. The switch to a vacuum tubing system was made about 20 years ago, and he agrees the deployment of that technology has been the most significant change for Ontario’s maple sugar industry as a whole in the last 50 years.

 

Along the way, the operation also weathered the infamous Ice Storm of 1998, a “nightmare” that inflicted about 70% on the sugarbush, but now fully recovered. “We’re overdue for another one,” Gary warns.

 

The syrup of Maple Ridge Farm was sold far and wide, in fact, around the world. While Gary did supplement his income for a time by raising and selling bred dairy heifers, maple syrup had become his sweet, sole mainstay by the early 1980s. “We rented the farm out, and I just did maple syrup, day and night, year round,” he says, quickly disabusing the interviewer of any notion that the maple syrup business is limited to early spring. “Christmas was very big for us. I would work 15 or 20 hours a day, and then I had to deliver it!” he exclaims.

 

The entrepreneur put his marketing skills to work lining up retailers not only local  — but all over Canada, and even a single location in Dallas, Texas. The team at Maple Ridge Farm made regular delivery trips to supply grocery chains in southern Ontario, within urban centres of Burlington, Toronto and Newmarket. “We would set up a booth inside a store, and we serviced them every month or so, stock all the stores up,” he says. “You have to find your own way, and I did find my own way; we did this for many, many years.”

 

A connection with the broader international market was forged when a global hedge fund ordered syrup in custom bottles — specially etched by an artisan Gary knew in Glen Walter —  to give as gifts to clients in 66 countries.

 

“They came back the next year for the same thing,” he marvels. At the same time, all of those gift bottles shipped around the world created a global appetite for Maple Ridge Farm products. The operation suddenly found itself fulfilling online orders all over the planet. “I was shipping a lot to Australia, everywhere in the world,” Gary says.

 

The international theme continued when Gary and Jean sold the business to an immigrant from China two years ago. The sprawling farmhouse where Jean grew up — with its walkout basement where Gary would store drums of maple syrup — the home where the couple raised a son and a daughter, has passed out of their hands now, along with the sugarbush. The couple have relocated in retirement to Beaver Glen Estates in Long Sault.

 

But guess what? Gary has noticed more than 50 maple trees on their two-acre lot. A new sugar camp is nearing completion in the Ivens’ back yard. He’ll be ready to go this spring.

Gary Ivens

 

 

APPLE HILL – À l'exception peut-être des poneys de la Ford Motor Company, Gary Ivens n'avait aucun lien avec la vie agricole – a part de la fabrication de sirop d'érable – au moment où il s'est marié avec la famille Munro il y a plus d'un demi-siècle.

 

Mais la forêt de la propriété ancestrale d'Apple Hill de sa nouvelle épouse, Jean, ont attiré l'attention de Gary, dont le sens des affaires a été développé en tant que directeur du département des pièces chez un concessionnaire automobile. Exploité pour la première fois par le clan Munro vers les années 1850, l'érablière de 400 acres n`était plus en production aux environs des années 1940.

 

C'est un voisin et ami de Gary, Barry Warwick - un gestionnaire forestier régional au ministère des Ressources naturelles - qui a été le premier à suggérer de relancer l'exploitation. Les deux ont déménagé la cabane à sucre délabrée à cause du déménagement. À peu près à la même époque, en 1969, Gary a assisté à sa première réunion de l'Association des producteurs de sirop d'érable de l'Ontario à Green Valley, alors dirigée par Ken McDonald de South Stormont.

 

"Je voulais seulement voir de quoi il s'agissait", se souvient Gary à propos de la première session de l'OMSPA. Il n'a pas fallu longtemps avant qu'il perce 1 000 entailles à la main, suspende des seaux et remette l'ancien camp en forme.

 

"Nous avions là-bas un vieil évaporateur et nous voulions l'essayer sans dépenser beaucoup d'argent », se souvient le directeur de longue date de l'OMSPA (depuis 1971). «Nous avons tout lavé et nettoyé du mieux que nous pouvions pour ensuite obtenir une production de un gallon de sirop par heure à cette première saison. Au cours de notre troisième année, nous avons pratiquement doublé la taille du camp et avons entaillé jusqu'à 2 000 entailles et nous avons continué à partir de là. "

 

« Maple Ridge Farm » produisait régulièrement 10 gallons de sirop par heure à partir de 4 000 entailles après avoir exécuter diverses améliorations au cours des décennies qui ont suivi. Gary compte un remplacement de trois évaporateurs et trois renouvellements complets de tubulures parmi les améliorations réalisées au fil des ans. Le passage à un système de tubulures sous vide a été fait il y a environ 20 ans passé, et il convient que le déploiement de cette technologie a été le changement le plus important pour l'industrie acéricole de l'Ontario dans son ensemble au cours des 50 dernières années.

 

En cours de route, l'opération a également résisté à l`infâme tempête de verglas de 1998, un « cauchemar » qui a détruit environ 70 % de l'érablière. Celle-ci s'est maintenant complètement rétablie. "Nous sommes due pour un autre verglas", prévient Gary.

 

Le sirop de Maple Ridge Farm était vendu partout dans le monde.  Alors que Gary a supplémenté ses revenus pendant un certain temps en élevant et en vendant des génisses laitières de race, le sirop d'érable était devenu son seul et unique pilier au début des années 1980. «Nous avons loué la ferme et je n'ai fait que du sirop d'érable, jour et nuit, toute l'année», dit-il, désabusant rapidement l'intervieweur de toute idée selon laquelle l'activité acéricole est limitée au début du printemps seulement. « Noël était une très bonne période pour nous. Je travaillais 15 ou 20 heures par jour, et puis je devais livrer nos commandes ! S’exclame-t-il.

 

L'entrepreneur a mis ses compétences en marketing à profit pour recruter des détaillants non seulement locaux, mais partout au Canada, et même dans un seul endroit à Dallas, au Texas. L'équipe de Maple Ridge Farm effectuait régulièrement des livraisons pour approvisionner les chaînes d'épicerie du sud de l'Ontario, dans les centres urbains de Burlington, Toronto et même Newmarket. «Nous installions une étagère à l'intérieur d'un magasin que nous ravitaillerions à tous les mois environ, pour chaque magasins», dit-il. « Vous devez trouver votre propre chemin, et j'ai trouvé le mien ; nous l'avons fait pendant de nombreuses années.

 

Une connexion avec le marché international plus large a été forgée lorsqu'un fonds spéculatif mondial a commandé du sirop dans des bouteilles personnalisées - spécialement gravées par un artisan que Gary connaissait à Glen Walter - pour l'offrir en cadeau à des clients dans 66 pays.

 

« Ils sont revenus l'année suivante pour la même chose », s'émerveille-t-il. En même temps, toutes ces bouteilles-cadeaux expédiées dans le monde entier ont créé un appétit mondial pour les produits de Maple Ridge Farm. L'opération s'est soudainement retrouvée à remplir des commandes en ligne partout sur la planète. « J'expédiais beaucoup de sirop en Australie, et partout dans le monde », dit Gary.

 

Le thème international s'est poursuivi lorsque Gary et Jean ont vendu l'entreprise à un nouveau canadien de provenance de chine il y a deux ans. La vaste ferme où Jean a grandi – avec un sous-sol de sortie directe de l`extérieur, utiliser comme entrepôt des barils de sirop d'érable – la maison où le couple a élevé un fils et une fille, est désormais vendue, ainsi que l'érablière. Le couple a déménagé à Beaver Glen Estates à Long Sault pour une retraite bien méritée.

 

Mais devinez quoi ? Gary a remarqué plus de 50 érables sur leur terrain de deux acres. Une nouvelle cabane à sucre est presque terminée dans la cour arrière des Iven. Il sera prêt pour la prochaine saison.

                                                                             ***************

Featured Spotlight Producer September to November 2021

The Maple Project at Tagwi Secondary School

(article from Craig Stevenson, teacher in charge of project)

Le projet Sirop d`érable à l'école secondaire Tagwi

                    (article de Craig Stevenson, enseignant en charge du projet)

Our school’s maple syrup project has extensive roots.

Le projet acéricole de notre école a des racines profondes.

Tagwi Secondary School, in Avonmore, Ontario, runs a variety of specialist high-skills major (SHSM) programs that allow students to learn in depth about specific economic and employment sectors. These include an Agriculture SHSM designed to serve our school’s rural and agricultural community. The program takes a broad view of agriculture and encompasses different features of local agricultural production and business. Over the last three years, the program’s practical emphasis has been on maple syrup production.

L'école secondaire Tagwi, à Avonmore, en Ontario, propose une variété de programmes spécialisés dans les hautes compétences (SHSM) qui permettent aux élèves d'approfondir leurs connaissances sur des secteurs économiques et d'emploi spécifiques. Il s'agit notamment d'une SHSM en agriculture conçue pour servir la communauté rurale et agricole de notre école. Le programme adopte une vision large de l'agriculture et englobe différentes caractéristiques de la production et des entreprises agricoles locales. Au cours des trois dernières années, le programme a mis l'accent sur la production de sirop d'érable.

 

We didn’t intend to become maple producers. Initially, our interest was in exposing our students to forestry and maple production through a single workshop, as we had done previously with other types of agriculture. In March 2019 our students were hosted by the Kemptville Agri-forestry Center and its operator, Frank Heerkens. I had visited the previous year’s “Maple Weekend” event at Kemptville and wanted my students to experience a focused, day-long workshop like the guided tour given by Frank and forester Peter Wensink at the open house. With that arranged, we enjoyed a wonderful day’s tour at the Kemptville sugarbush.

 

Nous n'avions pas l'intention de devenir acériculteurs. Au départ, notre intérêt était d'exposer nos étudiants à la foresterie et à la production acéricole à travers d`un seul atelier, comme nous l'avions fait auparavant avec d'autres champs d'agriculture. En mars 2019, nos étudiants ont été invités par le Centre agroforestier de Kemptville et son opérateur, Frank Heerkens. J'avais assisté à l'événement « La Fin de Semaine de l`Érable» de l'année précédente à Kemptville et je voulais que mes élèves fassent l'expérience d'un atelier ciblé d'une journée complète tout comme à la visite guidée donnée par Frank et le forestier Peter Wensink lors de la journée portes ouvertes. Bien planifier, nous avons profité d'une merveilleuse journée de visite à l'érablière de Kemptville.

 

Afterward, my colleague Brandon Coleman and I discussed the possibility of starting a small-scale maple project at Tagwi. We received the support of Peter Wensink who, as a Tagwi graduate, looked forward to bringing his passion for maple production back into his school community.

Par la suite, mon collègue Brandon Coleman et moi avons discuté de la possibilité de démarrer un projet acéricole à petite échelle à Tagwi. Nous avons reçu le soutien de Peter Wensink qui, en tant que diplômé Tagwi, avait hâte de ramener sa passion pour la production acéricole dans sa communauté scolaire.

 

Our project plans developed quickly. We dedicated our program budget to building a small sugar house and to acquiring the necessary equipment. Those efforts were supported by the school’s parent council. As the 2019 school year closed out, we looked forward to a year ahead in which we would put our plans into action.

Nos plans de projet se sont développés rapidement. Nous avons consacré le budget de notre programme à la construction d'une petite cabane à sucre et à l'acquisition des équipements nécessaires. Ces efforts ont été soutenus par le conseil de parents de l'école. À la fin de l'année scolaire 2019, nous attendions avec impatience une année à venir au cours de laquelle nous mettrions nos plans en action.

 

In October 2019 our students conducted the first of several forestry workshops with Peter at neighbouring Stanlee Farms. The Wert family, proprietors of the farm, generously allowed us to use their hardwood bush adjacent to the school property. These workshops—and some in-class tree identification—gave us a sense that our project was becoming a reality.

En octobre 2019, nos étudiants ont animé le premier de plusieurs ateliers forestiers avec Peter dans les fermes voisines de Stanlee. La famille Wert, propriétaires de la ferme, nous a généreusement permis d'utiliser leur boisé adjacent à la propriété de l'école. Ces ateliers – et quelques identifications d'arbres en classe – nous ont donné le sentiment que notre projet devenait une réalité.

 

Then it got interesting.

Ensuite, c'est devenu intéressant.

 

First, we encountered concerns from school board officials worried about the inherent risks of operating a maple syrup operation at the school. To counter these concerns, we agreed to move the operation to the sugarbush site itself. This was only possible because of the support of the Wert family, who made it clear that they valued this project as an agricultural skills-development opportunity within the community.

Premièrement, nous avons rencontré des inquiétudes de la part des responsables de la commission scolaire inquiets des risques inhérents à l'exploitation d'une exploitation acéricole à l'école. Pour contrer ces inquiétudes, nous avons convenu de déplacer l'opération sur le site même de l'érablière. Cela n'a été possible que grâce au soutien de la famille Wert, qui a clairement indiqué qu'elle considérait ce projet comme une opportunité de développement des compétences agricoles au sein de la communauté.

 

 

To give our students some formal training in maple production, we asked Frank Heerkens if he and Gary Gallinger would host a series of educational workshops at their “On the Bend” operation in Chesterville. These were held in early March 2020. Over the course of three days, Frank, Gary, and Peter gave agricultural students from Tagwi, North Dundas District High School, and Seaway District High School a thorough introduction to the practical business of making maple syrup at an established operation.

Pour donner à nos étudiants une formation formelle en production acéricole, nous avons demandé à Frank Heerkens si lui et Gary Gallinger organiseraient une série d'ateliers éducatifs dans leur exploitation « On the Bend » à Chesterville. Celles-ci ont eu lieu début mars 2020. Pendant trois jours, Frank, Gary et Peter ont donné aux étudiants en agriculture de Tagwi, du North Dundas District High School et du Seaway District High School une introduction approfondie aux activités pratiques de la fabrication de sirop d'érable à une cabanne déjà en opération.

 

 

And then the pandemic. Days after the workshops the Ontario government announced that schools would close, and our project was put on hold just as the students were ready to start with their project. A group of staff members decided to go ahead with the year’s operation anyway, and it became a valuable learning experience for all.

Et puis la pandémie. Quelques jours après les ateliers, le gouvernement de l'Ontario a annoncé la fermeture des écoles et notre projet a été suspendu au moment où les élèves étaient prêts à commencer leur projet. Un groupe de membres du personnel a quand même décidé de poursuivre l'opération de l'année, et cela est devenu une expérience d'apprentissage précieuse pour tous.

 

 

Fast forward to the 2021 season. Despite the sudden, sad passing of Peter Wensink—our enthusiastic mentor—we kept a firm eye on getting students into the bush and working on a maple project from beginning to end. To that end, we were somewhat successful. The school board’s prohibition on field trips meant that our project’s overall group of participants was whittled down to a handful of senior students who signed on with Stanlee Farms as co-op students.

Une touche rapide jusqu'à la saison 2021. Malgré le décès soudain et triste de Peter Wensink, notre mentor imcomparable, nous avons gardé un œil ferme sur l'idée d'amener les étudiants dans le boisé et de travailler sur un projet acéricole du début à la fin. À cette fin, nous avons quelque peu réussi. L'interdiction par le conseil scolaire des sorties sur le terrain signifiait que le groupe global de participants à notre projet s'était réduit à une poignée d'étudiants seniors qui se sont inscrits à Stanlee Farms en tant qu'étudiants coop.

 

It was better than nothing—and successful by the standards we had set out at the beginning. Our group was in the bush daily, from tapping to boiling to finishing, and put their prior learning into practice while experiencing firsthand the effort involved in seeing a project through from beginning to end. As teachers, we saw their confidence increase and their abilities improve daily. And as senior graduating students, they appreciated this opportunity to finish their high school career with a project that was engaging and just plain fun at a time when the pandemic had changed their educational experience so drastically.

C'était mieux que rien et réussi selon les normes que nous avions établies au début. Notre groupe était dans le boisé tous les jours, de l`entaillage à l'ébullition en passant par la finition, et on mis en pratique les connaissances acquises tout en faisant l'expérience de l'effort nécessaire pour mener à bien un projet du début à la fin. En tant qu'enseignants, nous avons vu leur confiance augmenter et leurs capacités s'améliorer quotidiennement. Et en tant qu'étudiants finissants, ils ont apprécié cette opportunité de terminer leur études au secondaire avec un projet engageant et tout simplement amusant à un moment où la pandémie avait radicalement changé leur expérience éducative.

 

 

Where do we see our project going in the future? We see it as a multi-year experience for students that ties in various curricular connections between grades 7 and 12. The sugarbush can provide more than just syrup; it is a place to teach about forestry, geography, history, biology, chemistry, marketing and, of course, specific syrup making skills. We would like to bring the culinary aspect of maple products into our school’s hospitality and tourism program. In the big picture, we want to provide an opportunity for our students to see maple production as part of the area’s broader agricultural economy.

Où voyons-nous notre projet aller à l'avenir? Nous le voyons comme une expérience de plusieurs années pour les élèves qui établit des liens avec divers programmes scolaires entre la 7e et la 12e année. L'érablière peut fournir plus que du sirop; c'est un endroit pour enseigner la foresterie, la géographie, l'histoire, la biologie, la chimie, le marketing et, bien sûr, les compétences spécifiques à la fabrication du sirop. Nous aimerions intégrer l'aspect culinaire des produits de l'érable dans le programme d'accueil et de tourisme de notre école. Dans l'ensemble, nous voulons offrir à nos étudiants l'occasion de voir la production acéricole dans le cadre de l'économie agricole de la région.

 

 

Our project doesn’t define its success by the amount of syrup produced, but by the experiences it provides. We will judge ourselves successful if our seasonal harvest is one of multiple learning opportunities and sustained enthusiasm.

Notre projet ne définit pas son succès par la quantité de sirop produit, mais par les expériences qu'il procure. Nous jugerons notre réussite si notre récolte saisonnière nous amènes de multiples opportunités d'apprentissage et un enthousiasme soutenu.

                                                                                     *****************************

Past Featured Spotlight on Producer (Dec. '21 to May '22)

La Cabane du Rang 

638 Rang St-Thomas, Embrun, Ontario, K0A 1W0

613-223-4927

For over 30 years, the sugar shack has been a family run operation.   The 25-acre lot was bought in 1999 from my in-laws.  At the time, only the original sugar shack was in place. The old fashion way was how we functioned.  A lot of memories were built throughout the years.

The original sugar shack, built in 1992(still on site), got 2 additions over the years, around 750 buckets yearly, wood boiler, daughters, family, and friends helping throughout the season.  There was no electricity up to 2018, the year we took a break to think and decide on how we could innovate and move forward in making the collection of sap easier. We visited many Sugar Shacks in the area and came up with our own setup.  We started to boil in our new facility in spring of 2021.

How did we innovate?

The Sugar Shack now has newer setup with electricity, pipeline (vacuum pump) with 2400 taps and a bigger wood stove.  The osmosis process is being used and our goal is to keep our own unique taste.  We were successful in our first year.

To buy our maple syrup, the public can contact us by phone, or on our Facebook page “La Cabane du Rang”.

Great memories of sugar shack seasons will surely continue to be built in this new innovated environment with our daughters, family, and friends. 

La Cabane du Rang

Denis Lauzon, Johanne Bertrand & Daughters.

​                                                                     

La Cabane du Rang, 638 Rang St-Thomas, Embrun, Ontario, K0A 1W0

613-223-4927

Parlez-nous un peu de votre exploitation :

La section est de l’OMSPA est fière de lever son chapeau à l’invité vedette de « Spotlight » producteur/acériculteur de ce trimestre, Denis Lauzon, Johanne Bertrand et filles.

Nous sommes heureux d’avoir eu l’occasion d’en apprendre davantage sur cette exploitation acéricole familiale prospère directement auprès de Denis et Johanne. Voici ce qu’ils avaient à nous partager :

Depuis plus de 30 ans, notre cabane à sucre est une entreprise familiale.   Le terrain de 25 acres a été acheté en 1999 de mes beaux-parents.  À cette époque, seule la cabane à sucre d’origine était en place. L’ancienne méthode était la façon utilisée.  Beaucoup de souvenirs se sont construits au fil des années.

La cabane à sucre d’origine a été construite en 1992 (et est toujours sur place). Au fil des ans, deux additions s’y sont ajoutées. Nous avions environ 750 entailles avec chaudières chaque année. Un poêle à bois était utilisé pour bouillir.  Nous sommes fiers de dire que nos filles, notre famille et nos amis aimaient nous aider tout au long de la saison.  Il n’y avait pas d’électricité jusqu’en 2018.  Cette année-là, nous avons pris une pause afin de réfléchir, de planifier et de décider de la façon dont nous pourrions innover dans nos opérations et aller de l’avant pour faciliter la collecte d’eau d’érable. Nous avons visité de nombreuses cabanes à sucre de la région et conçu notre propre configuration personnelle.  Nous avons commencé à bouillir dans notre nouvelle installation au printemps 2021.

Comment avons-nous innové, vous demandez-vous ?

Eh bien, la cabane à sucre a maintenant une nouvelle configuration avec électricité, pipeline de 2400 entailles, et bien sur un poêle à bois plus gros !  Nous avons mis en place un nouveau processus d’osmose, et notre objectif est de conserver et de préserver notre goût unique de sirop.  Nous sommes très satisfaits des résultats avec ces nouveaux changements et avons connu un succès inattendu au cours de notre première année.

Pour acheter notre sirop d’érable, veuillez nous contacter par téléphone, ou consultez-nous sur notre page Facebook intitulée : « La Cabane du Rang ».

De bons souvenirs des saisons des cabanes à sucre continueront sûrement à se construire dans ce nouvel environnement innové avec nos filles, nos familles et nos amis. 

 

La Cabane du Rang

Denis Lauzon, Johanne Bertrand & filles.

100_4152.JPG
Mar 12 21 a.jpg
Mar 3 21.jpg
image0.jpeg
image1.jpeg